Les mythes et les réalités visant le cannabis médical

Les mythes et les réalités visant le cannabis médical .

Si vous envisagez le cannabis médical en tant que traitement pour vous même, ou pour un proche, vous avez probablement plus de questions que de réponses. La masse de renseignements disponible au sujet du cannabis peut sembler écrasante. Chez l’ACCMQ nous vous expliquons le procédé suivi afin de devenir un patient enregistré auprès de l’ACCMQ. Il est important de discuter avec votre médecin au sujet de la thérapie de cannabis médical. Nous espérons que ces ressource vous fourniront des renseignements afin de mieux vous préparer avant d’entamer cette discussion.

Mythe : La marijuana est une drogue interdite vendue dans la rue.
Réalité : Tant que votre médecin a autorisé votre achat de cannabis médical et tant que le cannabis acheté est procuré chez un producteur autorisé (PA) comme l’ACCMQ, il est complètement légal.

Mythe : La marijuana c’est la marijuana. Il n’est pas important d’où est-ce qu’elle provient ?
Réalité : Le cannabis médical vendu par les PA est cultivé dans un environnement strictement contrôlé. Par exemple, l’ACCMQ adhère à des normes de production de qualité pharmaceutique auxquelles les produits subissent jusqu’à 281 points de contrôle de qualité avant d’être remis aux patients. Selon les études, le cannabis acheté dans la rue ou à partir des dispensaires contient souvent des métaux lourds, des pesticides, des moisissures et d’autres contaminants.

Mythe : Le gel c’est la seule raison pour prendre la marijuana.
Réalité : Selon plusieurs patients le « gel » rapporté par le cannabis médical est un effet secondaire non-désiré. Il importe de comprendre la différence entre le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) et le canabidiol (CBD). THC est responsable du gel, ce qui signifie que les produits comportant une teneur en THC plus élevée pourraient entraîner l’effet secondaire du gel. Nos produits avec une teneur en THC de moins de 1 % et une teneur en CBD de 13 %, ne comporte presque aucun effet secondaire similaire.

Mythe : Pour utiliser le cannabis médical je devrai fumer des joints.
Réalité : La vaporisation est la méthode de livraison optimale pour les fleurs séchées de cannabis. Contrairement à fumer, la vaporisation est obtenue lorsque le cannabis est réchauffé à la température où les cannabinoïdes sont transformés en vapeur, mais ne sont pas brûlés. Cela élimine pratiquement tous les risques de santé associés à l’acte de fumer. Les huiles de cannabis permettent aux patients d’ingérer leurs médicaments et ils ouvrent la voie aux patients qui ne peuvent pas ou qui ne veulent pas inhaler de la vapeur de cannabis. Les huiles sont constituées des cannabinoïdes tels que le THC et le CBD qui sont extraits de la plante de cannabis et infusés dans une huile comestible.

Mythe : Si mon patron découvre que j’utilise de cannabis médical, je serai congédié.
Réalité : Pour plusieurs employeurs, le cannabis médical est une nouvelle modalité de traitement. Ils n’ont donc pas de politiques spécifiques en place pour l’adresser. Cependant, le cannabis médical est un médicament légal prescrit par votre médecin. Vous devriez donc vous sentir à l’aise d’en discuter avec votre employeur. Puisqu’il peut aider à alléger les symptômes, plusieurs patients trouvent que le cannabis médical améliore leur capacité de travailler. La probabilité que votre ordonnance soit couverte par les assurances pourrait augmenter dans la mesure où votre employeur croit que le cannabis médical contribue à améliorer vos capacités professionnelles.

Mythe : Une fois que j’ai reçu mon ordonnance, je peux me procurer ma marijuana médicale n’importe où.
Réalité : À partir du moment où votre médecin a complété votre document médical et que vous êtes enregistré auprès d’un PA, vous pouvez commander qu’auprès de ce PA. Vous pouvez vous enregistrer auprès de plus d’un PA à la fois mais votre médecin doit compléter un document médical unique destiné spécifiquement à chaque PA. La marijuana achetée dans la rue ou auprès d’un dispensaire est illégale même si vous êtes déjà enregistré auprès d’un PA.

Mythe : Mon cannabis est un médicament donc je peux conduire sous ses effets sans problèmes.
Réalité : En tant que patient traité médicalement au cannabis vous devriez être attentif à ne pas être enivré lorsque vous êtes en train d’opérer des véhicules ou d’autres machineries lourdes. Même si votre ordonnance est complètement légale, vous pouvez être inculpé de conduite sous l’influence de la marijuana, et surtout ça peut être dangereux. Le Collège des médecins de famille du Canada recommande aux patients consommant du cannabis séché de ne pas conduira au moins quatre heures après une inhalation et six heures après une ingestion orale. Si le patient éprouve de l’euphorie, le Collège suggère une attente de huit heures.

Mythe : Le cannabis guérit le cancer.
Réalité : Les cannabis médical peut soulager plusieurs symptômes éprouvés par les patients atteints de cancer, y compris la douleur et d’autres effets secondaires dus à la chimiothérapie. Le cannabis médical ne devrait pas être utilisé en tant que substitut pour les traitements de cancer conventionnels tel que la chimiothérapie. Consultez votre médecin avant de modifier votre thérapie médical. Quelques études ont suggérées que le THC et CBD peuvent ralentir la croissance des tumeurs mais les preuves sont tellement limitées qu’il est irresponsable de positionner leur usage afin de guérir le cancer.